Rapport Financier 2010

La structure des recettes

En un mot, en un chiffre
Baisse des recettes
de fonctionnement :
- 9,6 % en un an

Zoom schema

Les recettes totales de la ville s’élèvent à 144,9 M€ en 2012. Avec 128,2 M€, les recettes de fonctionnement en représentent 88 %.

Toutefois, les recettes de fonctionnement connaissent une baisse de - 9,6 % entre 2011 et 2012, qui tient à l’évolution de plusieurs postes :

  • Une diminution importante des recettes exceptionnelles (15,5 M€, contre 28,9 M€ en 2011) mais qui restent à un niveau élevé. Elles se composent essentiellement des produits de cession issus de la vente d’immobilisations.
  • Une baisse des recettes des impôts directs et indirects de 3 % qui représente 29 % des recettes totales.
  • La stagnation des dotations de l’État représentant 7 % des recettes totales
  • Un maintien de l’attribution de compensation et la dotation de solidarité communautaire, versées par la Communauté d’agglomération (GPSO) à son niveau 2011 avec 41,1 M€, soit près d’un tiers des recettes de fonctionnement.
  • À l’inverse, les produits de services progressent de + 5,1%, mais ne représentent que 5 % des recettes de fonctionnement.

Les recettes d’investissement (hors opération de gestion active de la dette) affichent un niveau supérieur à 2011 (16,9 M€ contre 6,5 M€) qui s’explique largement par l’augmentation du versement pour dépassement du plafond légal de densité (1 M€ à 12,7 M€ entre 2011 et 2012).


open-data

last-image